Forum des Senseis Atysiens

Forum pour Ryzom.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Freeze
Senpai
Senpai
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 04/10/2012

MessageSujet: Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)   Jeu 4 Oct 2012 - 15:57

Alors que les premières lueurs du soleil caressaient son visage, cette jeune mariée Fyros marchait péniblement dans cette neige fraîchement tombée de la nuit.
Emerveillée et fourbue de son long voyage à travers le désert ardent avec son jeune époux.
Ils avaient quitté Pyr pour rejoindre le pays matis afin d’y trouver un emploi d’artisan dans la ville d’Yrkanis.

Sortant de la forteresse de la petite montagne située à la lisière des premières forêts du sommet verdoyant, elle aimait assister, comme chaque matin, à l’aurore du nouveau paysage qui s’offrait a ses yeux.

Les kamis avaient prédit que l’hiver serait rude cette année, même les arbres étaient couverts de cet épais manteau blanc, elle qui n’en n’avait jamais vu, elle s’impatientait de découvrir les premiers bourgeons du printemps.

C’est alors que dans ce silence glacial, elle entendit le cri d’un bébé.

Il était là dans ce couffin couvert de givre, comment avait t’il pu rester aussi longtemps dans cet environnement hostile. Les dingos et les ragus ne l’avaient-t-ils pas senti dans la nuit. Contrairement à elle,il ne sembla pas souffrir du froid, mais ses cris laissaient présumer de sa faim...

...Traînant le couffin dans l’épaisse couche de neige, elle se hâta de mettre l’enfant à l’abri des prédateurs qui rodaient dans les alentours.

En chemin, bien des questions trottaient dans sa tête : qui avait laissé ce bout de vie là et pourquoi ? Que dire à son époux, voudrait-il garder ce don du ciel ? Eux qui désiraient un enfant depuis des mois déjà, accepterait-il ce matis qui n’est pas de son sang ? Et surtout, pourquoi ce couffin était il si lourd pour qu’elle ne puisse le porter ?

Enfin, derrière cette colline elle retrouverai la sécurité de la forteresse et la chaleur de la petite auberge qui les avait hébergés, avant leur dernier jour de marche vers Yrkanis. Les lanières de son fardeau cisaillaient ses mains déjà engourdies par ce froid, mais la joie de son cœur lui faisait oublier la douleur. Quel cadeau du ciel, elle qui priait chaque jour de devenir mère, mais il lui restait à convaincre son tendre époux. Soudain, le bruit de ses pensées et celui de ses pas furent interrompus par le hurlement d’un ragus, l’un d’entre eux avait suivi la large traînée qu’elle laissait derrière elle. Hors de question de courrir jusqu'au premier garde de la forteresse en abandonnant l’enfant à une mort certaine, elle devra l’affronter avec sa dague pour seule alliée…

… Elle n’avait pas pour habitude de se servir de cette dague, sauf pour chasser quelques Yubos ou quelques Bodocs allaitants pour les repas de fêtes. Mais elle connaissait le tranchant de cette lame, que son mari lui avait confectionnée, et lui portait toute sa confiance.

C’est donc d’un geste sûr et rapide qu’elle sortit son allié de son fourreau. D’un seul geste elle entailla profondément la gorge de son assaillant lui ôtant la vie avec une précision effroyable. Durant ces quelques secondes, deux autres ragus eurent de le temps de prendre position de chaque coté de cette jeune fyros. Elle ne connaissait rien des techniques d’esquive et encore moins de parades pour sortir indemne de cet affrontement, elle pensa même qu’elle devrait rendre la vie qu’elle venait de prendre, c’était une règle kamis sur Atys : lors d’une mort il faut donner la vie en échange, même s'il s’agit de la sienne.
Subitement deux boules de feux jaillirent, consumant les prédateurs. Un garde de la forteresse posté non loin de là venait de lui sauver la vie, il avait lui-même été surpris par la rapidité de l’attaque qu’elle venait de porter sur son premier assaillant.

Elle passa avec soulagement la porte de la bourgade et franchit le seuil de l’auberge, après avoir bénit le garde Zorai d’un baiser sur le front, qui s’éloignait reprendre son poste le cœur fleuri de cette attention.

Mais une autre bataille se dressait devant elle…

…Son époux qui avait tout vu de la scène, se trouvait devant elle, comme un chêne imposant, il était là, les bras croisés dans ce hall d’entrée où les mandibules de kitins et les têtes de Varynx ornaient les murs comme des trophées volés au désert . Le regard rempli d’inquiétude il cherchait les mots justes. Une fois de plus elle le devança, se jetant dans ses bras pour exprimer sa joie de le retrouver après cette palpitante escapade. La joue collée contre son cœur elle entendait son amour battre dans ce torse puissant et robuste, mais elle aussi cherchait les mots.

C'est alors que le nouveau né poussa un cri pour exprimer à son tour la faim qui le rongeait. Le jeune couple ne purent retenir l’éclat de rire qui s’en suivit et ils comprirent tous deux le cadeau que Jena venait de leur faire.

Elle prit l’enfant contre son sein et lui dit :

« Loin est l'océan pour celui qui vient de trouver le ruisseau...
Loin est la lune pour celui qui découvre l'aube...
Loin est le savoir pour celui qui vient de naître..
Et oui nous cherchons tout le reflet des yeux qui nous grandira... »

Et son mari reprit :

« Nous sommes encore loin de nous connaître....et pourtant...comme toi je suis impatient de mettre les pieds dans l'eau du ruisseau...qui me mènera vers l'aube du savoir aimer... »

Mais le temps pressait, ils devaient rejoindre Yrkanis avant le coucher du soleil. Si les drappers venaient a manquer, ils étaient maintenant responsable de cette vie qui leur était offerte.

Alors elle lui demanda, de réunir leurs provisions et le couffin, le temps qu’elle trouve un peu de lait pour apaiser les cris de ce petit matis qui ne cessait de pleurer, s’exécutant il s’esclaffa : « Ma tendre, nous devons noter ce jour béni, car la couche de cette enfant, nous offre d’autres présents… ».

Elle se souvint, en effet, du poids de celui-ci. Que pouvait-il y avoir de si lourd dans ce couffin en osier….

… Elle revint sur ses pas pour découvrir avec stupeur une quantité impressionnante de bijoux présents sous le petit matelas de laine. On pouvait aisément reconnaître la confection zoraï, mais ils se distinguaient par un signe particulier. Un poinçon marquait, de trois petits points bien alignés, la signature de l’orfèvre. Tous ceci soulevait bien des mystères.

Mais l’heure n’était pas aux questions il fallait partir. Il sella les montures qu’il venait d’acquérir auprès de l’aubergiste tandis qu’elle alla chercher du lait de bodoc pour apaiser la faim qui torturait l’enfant, ainsi que quelques linges pour le changer.

Le petit convoi de 3 mektoubs entra dans les forêts du tertre au nord du Jardin Majestueux, tandis que, repu, l’enfant dormait, ses parents adoptifs entreprirent de lui trouver un nom.

Après qu’elle est contée ses péripéties de la matinée, ils convinrent de le baptiser Freeze contenu de son aptitude à résister au froid.

Son attention était tellement porté sur le petit et sur les nombreuses discussions qu’ils firent durant le voyage, elle remarqua seulement lors de leur arrivée aux portes de la capitale Matis la splendeur des arbres qui peuplaient les forêts d’Atys. Tout deux, le cœur rempli d’espoir et l’esprit libre de toute querelle, ils eurent le sentiment commun de se sentir enfin chez eux, dans cette ville qui comme une mère protègerait cette nouvelle petite famille.

Les années avaient passées paisiblement et Freeze, à son tour serrait sa mère dans ses bras, en lui promettant de revenir auprès d’eux au plus vite, mais ce besoin de liberté et d’aventure, le poussait à partir vers son destin…

…Son père lui tendit le ticket de téléporteur pour le camps des rangers.

Freeze sentit l’émotion l’envahir, mélange de tristesse, d’angoisse et d’exaltation. Il avait longuement parlé de Silan la veille avec son père, qui connaissait la bonne réputation et l’éthique des rangers présents là bas, puisqu'il fournissait une bonne partie de leurs équipements.

Il savait que son fils devait être formé avant de pouvoir étancher sa soif d’aventures. Il pourra lui aussi parcourir les terres d’Atys et remplir la quête qui le rongeait, même s'il se refusait d’en parler avec lui, son père sentait bien, en lui, ce besoin profond de découvrir ses racines.

Les yeux encore remplis d’emotion, Freeze se trouvait là, devant Chiang-Le Fort, cherchant ses mots, encore tout étourdi de son premier voyage en téléporteur.

Enfin la liberté, sentiment étrange de légèreté, de fragilité, de force et de solitude, il se sentait responsable de son destin, il allait enfin pouvoir écrire son histoire, forger son caractère et décider de lui-même.

Mais comme bien des nouveaux venus, il écouta attentivement les règles et les consignes de Chiang, les invitant à prendre au plus vite leur premières missions auprès des sages du camp.

Enthousiaste et fougueux, il courra vers le sage Zoraî pour connaître, enfin, les rudiments de la magie. C’est alors qu’au milieu de tous ces réfugiés (ils étaient nombreux sur l’île, car l’exode avait dispersé les homins dans bien des recoins d’Atys), un autre Zoraî se distinguait par sa stature et son aplomb. Son calme, au milieu de cette foire d’empoigne, forçait le respect.

C’est alors qu'en se rapprochant de lui, Dhoko lui proposa de l’épauler dans l’accomplissement de sa première mission sur Silan. Freeze connaissait la sagesse légendaire du peuple Zoraî, même si peu d’entre eux peuplaient Yrkanis, Freeze n’était pas effrayé, comme beaucoup de ses congénères, par le masque qui ornait leur visage.

Il décida donc de prendre, Dhoko comme professeur, puis devint rapidement son élève.

Au fil des missions, son estime grandit de jour en jour, il aimait suivre ses conseils et parcourir les bois de l’île avec ce Zoraï aux allures de mentor. Mais ce qui le touchait le plus, Freeze, c’est ce don de soi, cette propension à enseigner, cette patience à partager son savoir et soit dit en passant à lui fournir de nouveaux équipements qu’il aimait à recevoir comme une récompense de sa progression.

Mais Dhoko n’avait de cesse de conter les aventures de Rheya, il était donc lui-même disciple d’une guilde nommée « les Larmes de Seves ». Bien souvent, autour d’un feu, Dhoko aimait transmettre la parole de Rheya, se reconnaissant de plus en plus dans ses paroles, c’est tout naturelement que Freeze accepta la propossition de Dhoko d’entrer dans le cercle des Larmes de Seves.

Suivant les vertus de sa nouvelle famille, Freeze entreprit, à son tour, de venir en aide aux nouveaux venus et d’aider au mieux Dhoko dans la tache que lui avait confiée Rheya.

C’est ainsi qu’il rencontra une âme qui bouleversera sa vision du monde…

[HRP] Je tenterai de vous en apprendre plus sur mon parcours. [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Misugi
Kohai
Kohai


Messages : 61
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)   Lun 8 Oct 2012 - 23:38

*laisse une note pour pas oublier de lire* (1h37 du mat j'ai pas les yeux hihi)
Revenir en haut Aller en bas
Misugi
Kohai
Kohai


Messages : 61
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)   Jeu 29 Nov 2012 - 23:50

C'est quoi un Dingo ? Smile
Comme promis, j'ai pris le temps de lire ton texte Freeze et c'est très bien raconté.
Quelques fautes mais je te pardonne vu la qualité du récit.

Voilà maintenant je peux revenir !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un homin nommé Freeze... L'enfant des glaces...(Background)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autorisation de voir et de récuperer un dénommé livre , "Les Secrets des Erothain".
» le passage des portes des glaces
» Sondage pour mon futur nabcast pour enfant.
» Un enfant humain rp
» "Un bâteau nommé désir" ou "Je crois qu'il nous faudrait un plus grand bateau" [SPOILER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Senseis Atysiens :: Coin public :: Hall d'entrée :: Salon-
Sauter vers: